Pour cet éditorial de la rentrée 2018, nous avons choisi d’aborder le thème des chauves-souris, des espèces encore trop mal connues !

La France compte 34 espèces de chiroptères, appelées couramment chauves-souris, dont 29 sont présentes en région PACA. Toutes ont recours à une protection nationale (article L.411-1 du Code de l’Environnement et arrêté ministériel du 23 avril 2007),  européenne (Directive Habitats, Convention de Berne) et internationale (Convention de Bonn, CITES).

Le site Natura 2000 de l’Asse en dénombre 7 : le Petit Rhinolophe, le Grand Rhinolophe, la Barbastelle d’Europe, le Petit Murin, le Grand Murin, le Murin à oreilles échancrées et le Minioptère de Schreibers.

Ces chauves-souris, souvent considérées comme malfaisantes par simple méconnaissance, sont menacées par les impacts des activités humaines. Alors, ont-elles toujours cette réputation sulfureuse ?

  • Les chauves-souris sont des oiseaux.
Mythe ! Ce sont des Mammifères ! Contrairement aux oiseaux, les chiroptères ont des poils, deux paires de membres et les femelles allaitent les petits.

Pour voler, les chauves-souris se servent de leurs mains ailées. En effet, au cours de l’évolution, les doigts se sont allongés et une fine membrane appelée « patagium » les a relié pour former une aile.
Ce sont donc les seuls mammifères capables du vol actif.
  • Les chauves-souris vivent dans nos maisons.

Effectivement les chauves-souris peuvent cohabiter avec nous ! Elles apprécient les combles, les greniers, les caves et toutes fissures dans les murs ou charpentes. On peut également les apercevoir sous les tuiles, derrière les volets ou dans un tas de bois.

On les trouve également dans les grottes, les cavités souterraines, sous les ponts, ou en forêt dans les cavités arboricoles. Lors de leurs déplacements, elles empruntent des structures linéaires du paysage appelées « corridors écologiques » comme les haies, les cours d’eau, etc…

  • Les chauves-souris se nourrissent de sang !

Les seules espèces qui se nourrissent de sang sont en Amérique ! En France toutes nos chauves-souris sont insectivores.

Nocturnes, elles chassent la nuit et ont développé l’écholocation pour se diriger et localiser leurs proies. En effet, elles émettent des ultra-sons par la bouche ou les narines, lesquelles vont rebondir sur des obstacles (proies, murs, objets) et revenir sous forme d’échos à leurs oreilles. L’écho perçu donne des indications sur la distance, la vitesse et la forme de la proie. Tout ça en quelques secondes !

  • Les chauves-souris pullulent !
Mythe ! Le taux de reproduction d’une chauve-souris est très faible. Elle ne fait qu’un seul petit par an ! Les femelles se regroupent en colonie l’été pour la mise-bas. Les nouveau-nés mettront seulement quelques semaines pour apprendre à voler et atteindre leur taille adulte.

Après l’élevage des jeunes, mâles et femelles quittent leurs gîtes estivaux pour rejoindre leurs gîtes hivernaux. Ces déplacements sont propices aux rencontres et l’automne annonce la période des accouplements !

Les chauves-souris profitent de la présence des derniers insectes pour finir leurs réserves avant de rentrer en hibernation. Leur métabolisme ralentit, leur fréquence cardiaque, respiratoire et leur température diminuent durant tout l’hiver.

Vient ensuite le printemps, la chasse reprend et les femelles reprennent des forces pour leur période de gestation. Les déplacements sont nombreux afin de chercher des gîtes de reproduction et recommencer un nouveau cycle avec la suivante mise-bas.

  • Les chauves-souris mordent les humains !

Les chauves-souris ne s’attaquent pas aux humains, et encore moins aux cheveux des femmes !

En réalité, elles sont utiles à l’Homme grâce à :

  • Leur régime alimentaire : insectivores, elles nous débarrassent des insectes et surtout des moustiques !
  • Leur excrément, appelé « guano » est un excellent engrais naturel.
  • Leur système d’écholocation est exploité en recherche pour améliorer l’autonomie des malvoyants

 

De la connaissance à l’action …

Vous l’aurez compris, les chauves-souris sont victimes de beaucoup de préjugés.
Mieux connus aujourd’hui,  chacun peut agir pour leur préservation de différentes façons :

  • Eviter l’utilisation des pesticides. En effet, ces produits éliminent les insectes et réduisent donc la ressource alimentaire de nos mammifères volants. Ils sont également à l’origine d’un empoisonnement des chauves-souris.
  • Limiter le dérangement des colonies durant leur période de reproduction ou d’hibernation.
  • Préférer les huiles naturelles ou substances à base de perméthrine et cyperméthrine pour le traitement des charpentes. Les produits type Lindane, TBT, DDT sont nocifs.
  • Laisser les arbres vieillir et garder les morts sur pied, sources d’abris.
  • Envisager l’installation de nichoirs à chauves-souris, offrir des accès sur une porte ou un mur (via des ouvertures de type boite à lettre).
  • Utilisation d’un composte, source de nourritures aux insectes
  • Prendre en compte les chauves-souris dans la rénovation de vos bâtiments.
  • Préserver les haies et points d’eaux dans vos jardins, ils constituent des sites de chasse et des continuités écologiques pour le déplacement de ces animaux.
  • Bannir toute source d’éclairage permanent qui augmente leur risque de prédation par les chouettes et hiboux.